Jeûner peut être une expérience véritablement attrayante et constructive. Encore faut-il ne pas faire n’importe quoi et préserver sa santé.

Cet article et la vidéo qui l’accompagne vous expliquent tout ce qu’il faut savoir à propos de cette pratique millénaire.

Le jeûne à travers le temps et l’espace

Le jeûne est le fait de se priver volontairement de nourriture pendant un temps plus ou moins long. Il fait partie intégrante de l’histoire de l’homme. Il peut être pratiqué pour des raisons religieuses (il est alors encadré par un rituel précis) ou politiques quand des personnes décident de faire une “grève de la faim” pour faire entendre leur voix. On peut aussi choisir de jeûner dans un but thérapeutique.

Mais avant d’être des humains de culture (dans tous les sens du terme), notre espèce a du affronter des périodes de disette (et donc de jeûne involontaire) pendant des milliers d’années. Au cours de notre évolution, seuls les individus pouvant résister à ces longues privations de nourriture ont eu l’opportunité de transmettre leurs gènes à leurs descendants. Et c’est pourquoi notre corps est aujourd’hui encore doté d’un système de secours lui permettant de jeûner sans difficulté majeure.

Que se passe-t-il dans le corps lorsqu’on jeûne ?

Pour des informations plus complètes sur les mécanismes physiologiques du jeûne, je vous renvoie à l’excellent article Wikipédia ou encore à celui de Passeport Santé.

Très brièvement, voici ce qu’il faut retenir. Notre corps (et en particulier notre cerveau) a besoin de sucre pour fonctionner normalement. Il trouve celui-ci dans notre alimentation via le processus de digestion qui implique de très nombreux organes comme notre foie, nos intestins mais aussi notre pancréas (pour ne parler que d’eux). Ce sucre transformé est alors acheminé partout dans notre corps par le sang et son taux est régulé par des hormones.

Lorsque nous ne nous alimentons plus (et puisque nous ne pouvons pas survivre sans ce sucre), le système de secours se met en route. Certains de nos organes et de nos hormones vont relayer la digestion et aller chercher du sucre stocké un peu partout dans notre corps : dans nos muscles d’abord puis dans notre graisse.

C’est ce qu’on appelle la néoglucogenèse.

Un adulte en bonne santé et de corpulence normale, pourrait alors jeûner une quarantaine de jours sans impact négatif sur sa santé.

Les différentes sortes de jeûnes

Les jeûnes religieux ou politiques ne seront pas abordés ici.

Le jeûne intermittent

Il consiste généralement à cesser de s’alimenter pendant une période comprise entre 12h à 16h par jour. Les prises alimentaires se font alors sur le temps restant. Si vous dînez à 20h, que vous ne mangez pas le matin mais déjeunez à midi ou treize heures, vous pratiquez le jeûne intermittent sans le savoir.

Le jeûne thérapeutique

Plusieurs médecins à travers le monde promeuvent le jeûne comme une réponse thérapeutique à plusieurs problématiques de santé. Ils ont souvent écrit des livres (dont certains se trouvent ci-dessous) qui décrivent le protocole qu’ils utilisent et créé des cliniques au sein desquelles ils accompagnent les personnes souhaitant pratiquer des jeûnes longs.

Jeûne Buchinger
Jeûne Shelton
Jeûne Longo

Le principe de ces jeûnes est quasiment toujours le même. Il s’agit de réduire progressivement son apport alimentaire jusqu’à n’absorber plus que de l’eau (plus ou moins complémentée en fonction des méthodes) pendant quelques jours et de reprendre tout aussi progressivement une alimentation normale ensuite.

Petit guide pratique pour commencer à jeûner

Dans cette vidéo, je vous explique ma méthode pour jeûner de 2 à 5 jours (hors descente et remontée) sans problème pour votre santé.

Avertissements :

  • Ne jamais faire de jeûne sec (c’est-à-dire sans boire)
  • Ne jamais jeûner quand on est affaibli pour une raison ou une autre

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à la poser en commentaire sous cet article.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *