Cette page fait partie du volume « On attaque le cœur du problème, courage moussaillon ! », 4ème chapitre : « S’organiser au quotidien ».


Il y a beaucoup d’objets qu’on peut réparer seule avec un peu de jugeote. Il arrive même parfois qu’un bon nettoyage suffise (cela m’est arrivé avec un aspirateur).

Réparer les trucs électriques

Pour l’électroménager ou les machins-choses électriques, le principe est toujours le même, il faut commencer par démonter. Et là, la méthode peut vous sauver.

  1. Commencez donc par vous munir d’une petite boite (d’un bol, ou de n’importe quel truc pouvant contenir les petites pièces qui, sinon, ne manqueront pas de filer sous le canapé).
  2. Deuxième truc important si vous n’êtes pas une flèche en bricolage (dans la série des nases, je me pose là et pourtant j’ai réussi à réparer deux ou trois objets toute seule :-)), munissez-vous d’un appareil photo ou de votre téléphone histoire de prendre des photos aux différents moments critiques du démontage – parce que je vous le rappelle, il va falloir remonter la bestiole !!
  3. Faites tout ça si possible sur une surface plate (une table est l’idéal si l’objet n’est pas trop lourd ni volumineux) et bien éclairée – utilisez le cas échéant un tissu clair.
  4. Je vous passe les détails mais démonter un objet sans tournevis, clés et autres outils plus ou moins gros, c’est mission impossible ! Donc du coup, je ne détaille pas ici mais vous savez sans doute déjà de quoi je parle si vous êtes allées faire un tour dans la section « achats utiles » (NDA : à venir) – d’accord, on peut parfois les emprunter mais toutes les villes ne possèdent pas d’outil-thèque et on n’a pas toujours des proches équipés et donc, une bonne caisse à outils est INDISPENSABLE. Dans cette catégorie, il peut aussi être très utile de vous procurer un multimètre et d’apprendre à vous en servir (il existe des tas de vidéos sur le web).
  5. Go, n’oubliez pas de DEBRANCHER la chose. Démontez la bête pas à pas en observant bien comment c’est fait, en prenant des photos, en nettoyant les pièces au fur et à mesure, en rangeant les petites pièces dans la petite boite, en testant les circuits électriques que vous rencontrez sur votre chemin…

Normalement, à un moment donné, vous allez tomber sur un truc bizarre : un bout de fil électrique vous paraissant un peu grillé, un ressort qui ne tend plus rien, un clip déclipsé… bref, sur la panne. Et là, de deux choses l’une : soit vous pouvez réparer (nettoyer, reclipser, réinstaller le ressort), soit la pièce est cassée. Dans le deuxième cas, il va peut-être falloir vous armer de courage et chercher sur le web ou en déchetterie (c’est l’endroit le plus sûr pour trouver des pièces détachées de nos jours) la fameuse pièce défectueuse et la remplacer.

La dernière étape (mais non des moindres) consistera à remonter tout dans le bon ordre – et là, vous me direz merci de vous avoir suggéré de prendre des photos. Et peut-être qu’il vous arrivera ce qui arrive très souvent dans ce cas : une vis, un boulon, un élastique restera esseulé dans la boite sans que vous sachiez d’où il peut bien provenir. Pas de panique Edith ! Rebranchez l’appareil et testez-le. Ô miracle, ça marche ! Et si ce n’est pas le cas, ce n’est pas très grave parce que de toutes les façons, vous étiez sur le point de le jeter…

Réparer les vêtements

Pour les vêtements abîmés, la procédure est beaucoup plus simple. Je sais que ce n’est pas très glamour mais apprendre, par exemple, à repriser les chaussettes que vous aimez encore est un gain d’argent certain. Je ne parle pas des vulgaires chaussettes de tennis moches ; celles là, elles peuvent bien finir à la poubelle – en ayant servies auparavant de chiffon à cirage avant !

Quoi ? Vous ne cirez pas vos chaussures ? Et vous vous étonnez qu’elles ne fassent pas long feu… Mon grand-père le faisait tous les dimanches matins, à la place de la messe (il n’était pas très branché religion). J’aimais bien le voir sortir la grosse boite en bois pleine de cirages et de bouts de chiffons (ou de vieilles chaussettes). C’est lui qui m’a appris : 1. on nettoie avec un chiffon légèrement humide, 2. on cire en faisant bien pénétrer le cirage et 3., quand le cirage est sec, on lustre avec un chiffon doux et sec. Evidemment, vous n’êtes pas obligées de faire ça toutes les semaines mais si vous voulez que vos chaussures durent un peu, une fois par mois est un minimum (faites-vous une fiche dans le super-organiseur – que vous trouverez dans la zone de téléchargement bientôt).

Bon revenons à nos moutons, je parlais de vos vêtements. Reprisez, recousez avant que le trou ne se transforme en immense faille et que vous ne puissiez plus mettre ce super jean qui vous va comme un gant. Et si vous ne savez pas faire, apprenez ! Il existe des tas de cours sur le web et des tas de mémés qui seraient contentes de vous apprendre à le faire. Souvenez-vous que le temps que vous prenez pour apprendre cette compétence vous sera remboursé au centuple puisque vous gagnerez de l’argent à faire durer vos petits trésors vestimentaires.

Réparer les véhicules

Dans la catégorie des trucs faciles à réparer, on a les vélos ! Et en plus cela fait plusieurs années maintenant que des ateliers vélos associatifs fleurissent un peu partout dans le monde. En France, vous pouvez vos renseigner sur le site de l’Heureux Cyclage qui en recense un certain nombre (ceux qui ont adhéré, en fait). Mais plus simplement, demandez à la section « associations » de la mairie ou faites le tour des squats du quartier (je ne parle pas des trucs de junkies mais des squats où les gens ont la volonté de recréer du lien social…). Pourquoi c’est bien les ateliers vélos participatifs ? Ben d’abord, c’est bien parce que c’est ridiculement pas cher. Après avoir payé votre adhésion (de 5 à 20 euros à l’année, si, si !), vous pouvez venir réparer votre vélo dans un atelier tout équipé (tout le monde n’a pas la place nécessaire ni les outils spécifiques à la maison) en profitant des conseils des bénévoles sur place qui sont souvent de vrais passionnés ne comptant pas leurs heures ni leur patience pour remettre sur roues les vieux biclous fatigués.

En plus, souvent, les pièces détachées sont gratuites (du moment qu’elles sont de récupération) et vous payez les consommables au prix professionnel. Vous êtes gagnant sur toute la ligne : votre vélo est réparé, vous avez appris comment faire, vous avez passé un bon moment avec des gens chouettes !! Et si l’envie vous en prend, vous pouvez même devenir à votre tour bénévole pour faire avancer le schmilblick.

Bon, c’est pas du jeu parce que je suis intarissable sur les ateliers vélos ayant moi-même contribué à en lancer un avec des amis à Bordeaux autour de 2008 (Recup’R). Il fonctionne toujours avec maintenant plusieurs salariés et quelques centaines d’adhérents ! Et en plus, il est couplé à un atelier couture. Alors évidemment…

Si votre scooter, moto ou votre voiture est en panne, ça se corse un petit peu. Sur le même principe que celui de l’atelier vélo, il existe des garages tout équipés avec des mécaniciens sur place pour vous accompagner. Le premier du genre est le Garage Moderne à Bordeaux (d’autres endroits existent, la plupart d’entre eux sont répertoriés sur ce site). Là encore, les pièces détachées sont à un prix défiant toute concurrence. La seule différence est que vous devez payer un peu pour le côté pédagogique. Cette dépense est bien vite rentabilisée, vous vous en doutez. La crise aidant (oui, pour moi c’est une chance !), de nombreux cours de mécanique se créent un peu partout. Et s’il n’y en a pas à côté de chez vous, pourquoi ne pas créer un tel endroit avec quelques mécaniciens à la retraite ?

Apprendre à réparer

Pour finir, si vraiment vous êtes très très frileux, que vous ne savez pas par quel bout commencer, que vous n’avez pas le matériel… formez-vous !! Cherchez autour de vous : il existe forcément des associations ou des individus – un papy à la retraite, une personne avec ou sans emploi – qui seraient très heureux de vous transmettre ce qu’ils savent.

Vous trouverez bientôt sur le site internet des tas de liens mis à jour vers des sites de pièces détachées ou de tutoriaux vidéos en ligne et ce, dans toutes les catégories – oui, même pour celles dont je n’ai pas parlé ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *