Photo by rawpixel on Unsplash

Lorsque vous vivez à plusieurs, il arrive toujours un moment où vous devez vous questionner sur la répartition des tâches ménagères entre les différents membres de la maisonnée.


Où est le problème ?

Pour commencer à réfléchir à ce sujet, je vous propose d’écouter cet excellent podcast issu de l’émission « Les couilles sur la table » (qui, comme son nom l’indique peu, est une émission féministe s’interrogeant sur les masculinités). Victoire Tuaillon y interroge Titiou Lecocq qui a écrit un livre sur le sujet : Libérées ! Le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale !

Comme cela est très justement rappelé dans cette émission, dans la plupart des couples hétérosexuels qui vivent ensemble, la majorité des tâches est assurée par les femmes.

Et effectivement, même si les hommes de ces couples ont l’impression d’en faire beaucoup, ce sont encore les femmes qui se chargent des tâches que personne n’aime faire. Et le pire, c’est que les hommes ne sont pas seuls responsables de cette situation.

C’est vrai qu’il y a des exceptions – je ne connais personnellement que deux hommes (faisant partie d’un couple hétérosexuel partageant le quotidien) qui se chargent de plus de tâches ménagères (ou apparentées) que leur compagne. Deux hommes parmi tous ceux que je connais, c’est peu, tout de même…


Pourquoi les activités ménagères sont peu assurées par les hommes ?

Il existe plusieurs facteurs qui concourent à ce piètre constat. Le désintérêt des hommes pour les soins apportés aux autres ou pour la propreté ne peut pas tout expliquer (même si certains hommes le revendiquent).

Une autre piste d’explication avancée dans l’émission m’a particulièrement intéressée : c’est souvent la personne qui gagne le moins d’argent dans le couple qui assure la grande majorité des tâches ménagères… comme si elle se sentait obligée de compenser. Et nous le savons, aujourd’hui encore, ce sont souvent les femmes qui gagnent le moins d’argent dans un couple.

Source : INSEE, mars 2014

D’autres pistes sont identifiées par les deux interlocutrices et parmi elles, le fameux…

Laisse-moi faire, ça ira plus vite !

ou bien « ce sera mieux fait » ou « il n’y a que moi qui sache où se trouvent tous les ustensiles nécessaires » ou « ce serait trop long à expliquer » ou, ou, ou… chacune ses (mauvaises) raisons.

Je le disais plus haut, accuser les hommes hétéros de tous les maux est un peu facile. En effet, certaines femmes peuvent avoir tendance à investir tellement le champ du ménage et du soin à la famille qu’elles en ont exclu les hommes peu à peu.


Les hommes ont parfois l’impression de vivre chez leur compagne !


Un partage équitable est possible.

A la fin du podcast, Victoire Tuaillon et Titiou Lecocq suggèrent une répartition strictement égalitaire de type « tout le monde doit tout savoir faire ». Pour l’avoir testé, je ne crois pas que ce soit une bonne solution pour tous les couples (qu’ils soient hétéros ou homosexuels). L’approche de Paula Szuchman et de Jenny Anderson dans leur livre Couplonomics, reposant sur l’équité plus que sur l’égalité, me semble beaucoup plus plaisante et efficace.

La première étape va consister à lister l’ensemble des tâches à exécuter pour que la maison tourne, ne soit pas trop en désordre et à peu près propre. Ce sera aussi l’occasion de confronter les différentes interprétations des termes « propre » et « rangé ».

La deuxième étape repose sur l’idée simple selon laquelle chaque personne peut choisir de se charger des tâches qui lui plaisent le plus (ou qui lui rebutent le moins). En fait, chacun va se spécialiser. Mais attention : lorsqu’une personne est responsable de l’exécution d’une tâche, c’est elle qui doit également porter la charge mentale qui va avec. Si X fait les courses, X surveille les stocks et X dresse la liste qui lui permettra de ne rien oublier. Nous reviendrons dans un prochain article sur le concept de charge mentale.


Une astuce en passant : laissez toujours une feuille et un crayon dans un endroit de passage (le frigo) où chaque membre de la maison pourra inscrire ce qui lui manque.


Le planning des tâches !

Enfin, et vous ne pourrez guère y couper, il vous faudra établir un planning ÉQUITABLE où personne ne se sentira lésé ou exploité et qui garantira à chacun :

  • que les choses seront faites en temps et en heure
  • qu’il et elle disposeront de suffisamment de temps pour faire des choses pour eux-mêmes (spécial dédicace aux femmes qui me lisent et pour lesquelles l’idée de prendre 1 heure à faire quelque chose uniquement pour elles est un supplice)

Si vous n’êtes pas d’accord entre vous sur la fréquence de nettoyage de ci ou de ça, j’ai créé il y a longtemps un planning des tâches ménagères qui pourra vous aider à trancher. Évidemment, c’est seulement une base qu’il vous faudra adapter à vos cas particuliers.

J’évoque, dans ce planning, un système d’organisation (le super-organiseur) qui vous permet non seulement de vous rappeler de tout (rendez-vous chez l’ophtalmo, anniversaire de la tante Berthe, nettoyage de la couette…) et d’anticiper mais également (et c’est là où la chose exprime tout son potentiel) d’abaisser votre charge mentale (au lieu de l’augmenter) . Je vous en reparle bientôt !


Attention : il y aura forcément des tâches que personne ne veut faire. La solution : tirage au sort et planning tournant !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *