Oui courage ! Il va vous en falloir pour aborder ce volume-là. La situation que vous vivez actuellement n’est pas apparue en une journée et quelles qu’en soient les raisons, il n’y a aucune chance qu’elle disparaisse d’un coup de baguette magique.

Tout comme la perte de poids ou l’arrêt du tabac, il ne suffit pas que votre motivation soit forte, il faut aussi que vous puissiez l’entretenir tout au long du processus et c’est vraiment ça le plus dur. Mais faites moi confiance, je suis là pour ça. Ces lignes sont là pour vous soutenir. Parfois, vous jetterez l’éponge et parfois, vous vous sentirez comme wonder woman, prête à tout affronter. Parfois, vous aurez le moral dans les chaussettes et parfois, vous serez prêt à bouffer du lion. C’est normal. Dans cette introduction, je vais essayer de vous donner quelques stratégies pour gérer les hauts et les bas parce que même si on parle d’argent, de consommation et de tout un tas d’autres trucs, on parle surtout de vous : un être humain avec ses forces et ses failles à la fois fragile et solide comme un roc.

Quand on parle de motivation, de volonté et de durée, il faut commencer par dire une chose très importante (mais qui va vous paraître bizarre au début) : en vous, il y a en fait deux « vous ». Pour tenir le coup avec N projets à long terme comme celui qui nous occupe en ce moment (l’indépendance financière), il est essentiel de bien considérer les deux VOUS en vous. Je m’explique. Vous êtes en train de lire ces lignes et avec un peu de chance, vous êtes détendue, peut-être au lit… Bref, pleine de bonne volonté par rapport aux situations où vous devez sortir votre porte-monnaie parce que vous êtes « à froid ». Vous pouvez d’ailleurs vous dire, sans rire, et en y croyant mordicus que demain soir, en rentrant du boulot, vous allez commencer à créer votre budget avec les petits fichiers excel (en téléchargement) et que vous allez faire un bon repas à base de légumes de saison.

Oui, et je suis certaine que vous avez RÉELLEMENT l’intention de le faire.

Sauf que…

Sauf que demain soir quand vous rentrerez du boulot, vous serez claqué. Ce qui va se passer, c’est que vous allez foncer sur un paquet de gâteau et allumer la télé pour décompresser 5 minutes (et vous avez bien raison) à moins que vous ne choisissiez la version bière et jeu sur facebook… Bref, vous êtes « à chaud » et là, c’est beaucoup plus compliqué de vous mettre à cuisiner (d’autant plus qu’avec deux patates et un demi-oignon dans le garde-manger ça risque d’être sport) ou à lister consciencieusement vos dépenses dans un tableur tout en gardant un oeil sur les enfants qui prennent leur bain. Il vous faudrait alors une volonté hors du commun pour stopper vos activités divertissantes pour vous mettre à travailler sur du long terme. Et personne n’a cette volonté hors du commun ou alors si, mais pas longtemps. Du coup, vous vous sentez nul ce qui, par rebond, va enclencher le processus de procrastination que vous connaissez bien : le budget et la cuisine, vous ferez ça demain parce que demain ça ira mieux, blablabla…

Aucun jugement négatif de ma part, nous sommes toutes et tous comme ça parce que nous sommes des êtres humains.

Mais comment sortir du cercle vicieux de la procrastination et du chaud/froid ? Tout simplement, en établissant des stratégies pour fonctionner à froid quand vous êtes à froid et la même chose quand vous êtes à chaud. Imaginons que vous souhaitiez perdre du poids et que lorsque vous faites vos courses (à froid), vous achetiez des gâteaux et du chocolat. A la prochaine fringale (à chaud donc), vous pourrez peut-être résister, mais il y a peu de chances que vous puissiez faire face à la deuxième fringale et encore moins de chance à la troisième.

Pour l’argent, c’est pareil !

Si vous êtes un acheteur compulsif et que vous sortez faire du shopping dans votre magasin favori avec votre carte bleue, vous allez revenir les bras chargés d’achats inutiles et en plus, vous allez culpabiliser. Quand vous sortez de chez vous, vous êtes en pleine possession de vos moyens et vous êtes sûr de ne pas faire d’excès. Quand vous êtes devant le rayon des CD, des livres, des chaussures… (quelle que soit votre marotte), vous êtes à chaud et là, c’est une autre paire de manches. La prochaine fois, votre moi « froid » pourrait limiter les dégâts au lieu de se faire confiance, ce qui – nous l’avons vu – ne fonctionne pas. Vous pourriez par exemple, laisser votre carte bleue chez vous et ne prendre qu’une certaine somme en liquide. Si votre truc, c’est les achats sur le net, désabonnez-vous de TOUTES les ventes privées avec panier qui expire au bout de quelques minutes – c’est un piège créé pour attiser votre moi chaud.

Tout ça pour dire qu’il y a plein de choses à faire et que votre situation n’est pas du tout désespérée.

Dans cette section, nous allons donc passer en revue quelques notions fondamentales comme l’argent, le travail, la générosité et la pingrerie, histoire de faire le point sur vos valeurs. Puis, nous entamerons le coeur du problème en développant des techniques, des stratégies visant à vous faire réfléchir sur vos modes de consommation.

Nous finirons par un gros morceau : la banque et ses dérives.

Alors bon courage moussaillon, ça commence maintenant !

One thought on “On attaque le cœur du problème, courage moussaillon !

  1. Ping : le glanage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *