Cette page fait partie du volume  » On attaque le cœur du problème, courage moussaillon ! », 3ème chapitre « Et le banquier dans tout ça »


C’est une bonne question ! Qui sont donc ces personnes qui vous reçoivent derrière leur bureau ?

Réponse : ce sont des individus comme vous et moi mais qui n’ont pas du tout les mêmes objectifs !

Attention, ce ne sont pas des « conseillers » financiers – malgré leur appellation – mais bien des commerciaux qui sont là pour vous vendre des trucs et des machins, ni plus, ni moins!! Et il n’y a rien de mal à ça : les vendeurs vendent, les acheteurs achètent.

La formation des banquiers

Faisons un petit tour du côté de la formation. Quels sont leurs diplômes ? Quelles qualités et compétences sont attendues chez les banquiers ?

D’après cette page du Parisien Etudiant, le fait de vendre des produits financiers et des services n’est qu’une des fonctions mineures du « conseiller » financier puisque celle-ci arrive en toute fin de liste. Mais un peu plus loin dans la description des qualités requises, on trouve tout de même ça : « …les conseillers financiers doivent répondre à des objectifs chiffrés fixés par leur hiérarchie. Il s’agit ici de répondre à cette demande, mais pas au détriment de la clientèle. Dans certains établissements bancaires, la pression est importante. Il faut savoir y résister. »

Woui, woui, woui… Dans le contexte actuel où trouver et garder un boulot devient de plus en plus ardu, je vois mal qui, parmi les jeunes banquiers, pourraient « résister » à la pression de la hiérarchie. Donc, premier conseil : si possible, optez pour un banquier qui a de la bouteille !!

Sur le site Banquier.org, les choses sont plus claires puisque dès les premiers paragraphes, les rédacteurs utilisent cette formule : « (…) ce commercial du secteur bancaire saura prospecter des clients potentiels en mettant en place un argumentaire pour vendre des produits financiers. » Là, aucun doute n’est permis. Votre « conseiller » est bien là pour vous vendre des choses.

En ce qui concerne la formation requise, pas de désaccord entre les différentes sources : un BAC+2 dans le secteur financier est suffisant pour s’occuper de la cliente lambda. Si le banquier veut plus (d’argent, de responsabilités, de prestige…), il lui faudra continuer un petit peu ses études. Pas de quoi casser trois pattes à un canard, donc. Et surtout pas de quoi justifier les grands airs méprisants de certains d’entre eux !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *