Photo by Bruno Wolff on Unsplash

Vous êtes souvent hésitant.e ou indécis.e. Vous avez toujours l’impression de faire de mauvais choix. Manque de confiance ou d’assurance ? Je ne sais pas. Ce que je sais, par contre, c’est qu’il existe des solutions faciles à mettre en place pour faciliter la prise de décisions.


Pourquoi c’est si dur de décider ?

Prendre des décisions est un acte difficile parce que choisir c’est prendre plusieurs types de risques :

  • renoncer à quelque chose qui pourrait se révéler mieux que l’option choisie
  • se tromper
  • partir dans la mauvaise direction et s’en mordre les doigts
  • rester enfermés dans des choix qui ne nous ressemblent plus
  • perdre la face
  • vouloir faire plaisir aux autres plutôt qu’à soi

Comment améliorer le processus de décision ?

La fameuse méthode des deux colonnes (les pour / les contre) n’est pas toujours efficace. Sans compter qu’aujourd’hui, nous sommes face à une pléthore d’options qui nous paraissent toutes plus belles les unes que les autres et que souvent, ce n’est pas entre deux éléments que nous devons trancher mais entre des dizaines et des dizaines : de programmes à la télé, de plats au restaurant, de couleurs de lunettes…


C’est une véritable overdose de choix que nous vivons actuellement. Et cette illusion du « tout est possible », au lieu de nous libérer, nous enferme dans un paradoxe bien connu (et exploité) des spécialistes du marketing.


Sheena Iyengar est l’une de ces expertes du choix. Ses travaux mettent en évidence un fait particulièrement intéressant : plus nous avons le choix entre un nombre important d’alternatives et moins nous décidons. Nos actions sont comme paralysées par l’abondance. Dans une expérience désormais célèbre, elle montre que face à 24 confitures différentes, même si 60% des clients d’une enseigne goûtent les différents options, ils ne sont que 3% à acheter. A contrario, lorsqu’ils pouvaient goûter uniquement 6 confitures différentes, ils ne sont que 40% à le faire MAIS 30% à acheter au moins un pot de confiture.

Dans la conférence TED ci-dessous, elle vous donne quelques conseils intéressants.


Un outil pour décider

Je vous propose, pour ma part, de ne pas choisir ! Et oui, rien que ça.

La matrice de décision (en téléchargement ci-dessous) est un outil précieux qui, lorsqu’elle bien utilisée, peut vous rendre de grands services.

Attention toutefois, il existe deux situations où elle ne vous sera d’aucun secours :

  • lorsque vous devez choisir entre deux options uniquement
  • lorsque vous devez décider rapidement

Mais pour tout le reste, elle est très efficace parce qu’elle vous aide non seulement à choisir les alternatives les plus souhaitables pour vous mais aussi (et surtout) à classer ces options.

De plus, vous n’aurez pas à faire le deuil de certaines options car toutes seront hiérarchisées. En fonction des situations, celles qui remportent le moins de points seront reportées à plus tard ou bénéficieront de moins de ressources (énergie, argent…) au profit de celles qui sortiront gagnantes de votre classement. En lisant ce qui suit, vous allez mieux comprendre ce que je veux dire.

Comment fonctionne une matrice de décisions ?

  1. Tout d’abord, réduisez à 14 le nombre d’alternatives possibles – au besoin, faites des catégories qui rassemblent plusieurs éléments de votre liste.
  2. Listez-les dans n’importe quel ordre sur les 14 lignes de la matrice (vous remarquez que chaque ligne est codée par une lettre) – et si vous avez moins de 14 choix, ne remplissez que les lignes nécessaires
  3. Et maintenant, comparez deux à deux chacune des options (selon un critère choisi en amont) en remplissant la pointe (à droite) de la matrice avec la lettre correspondant à l’option choisie

C’est un point un peu technique alors je vous ai préparé une petite vidéo pour vous aider. L’exemple que j’ai pris est celui des destinations de voyage parce que j’ai très envie de découvrir le monde.

Oui, mais par où commencer ? Mystère et boule de gomme.



Quels usages ?

Les matrices de décision ont de nombreux usages personnels et professionnels. En voici quelques exemples :

  1. Elles peuvent vous servir à classer vos valeurs personnelles, ce qui vous sera très utile pour créer votre guide « secret » vous permettant de prioriser vos actions, vos choix de carrière, vos modes de consommation…
  2. Elle sont d’un grand secours en milieu professionnel lorsqu’il s’agit de choisir entre l’urgence (et l’importance) des trop nombreuses tâches qui vous sont confiées.
  3. Elles vous aideront à choisir vos futurs investissements ou pour prioriser les travaux de réparation à prévoir dans votre maison.
  4. Avec vos enfants, elles vous seront utiles pour classer leurs envies de cadeaux de Noël…

Que vous les utilisiez seul.e ou à plusieurs (en équipe, en famille ou avec des ami.es), les matrices de décision sont des outils de structuration très puissants qui peuvent vous éviter pas mal de déconvenues tout en gardant l’assurance d’avoir fait de bons choix.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *